Foire aux questions sur la fibre

Comme on rencontre de plus en plus de gens avec des tas de questions à propos de la fibre, et que parfois, on entends des absurdités, il est temps de constituer une petite foire aux questions !

La fibre, ça change vraiment la vie ?

Eh bien … ça dépends ! Si vous ne ressentez pas de ralentissement particulier ou ne pestez pas après une connexion qui ne va pas assez vite, vous n’avez probablement pas besoin de la fibre aujourd’hui. Attention, les usages évoluent, demain, ce sera peut être nécessaire.

Il faut également souligner que, même si dans la théorie la fibre va plus vite, la façon dont est fabriqué l’ensemble du réseau entre votre maison et internet a son importance aussi. Du temps de l’ADSL, le facteur limitant était la distance entre la maison et le central téléphonique. Avez la fibre, on s’affranchit du problème de distance, mais si le travail a été mal fait ou que l’opérateur ne dimensionne pas convenablement son réseau, vous pourrez vous retrouver avec un service encore moins bon que l’ADSL.

Il faut donc bien garder en tête que si aujourd’hui tous les opérateurs ADSL se tiennent dans un mouchoir de poche, demain, la fibre d’untel sera peut être bien plus performante que celle d’un autre.

On peut aussi souligner qu’hors activités spécifiques très minoritaires, l’utilisateur moyen normalement constitué ne perçoit aucune différence lorsque la connexion dépasse les 30Mbps.

J’ai la fibre à « tel endroit » !

Si personne n’es venu chez vous passer un nouveau câble entre votre maison et un boîtier de raccordement fibre un peu plus loin, non, vous n’avez pas la fibre. La prise située au bout de ce nouveau câble ressemble généralement à ça :

Vous avez peut-être par contre bénéficié d’une opération de « montée en débit » qui consiste simplement à rapprocher la fibre de chez vous, mais votre connexion est toujours en ADSL (25Mbps maximum), et, pour quelques très chanceux proches de l’armoire, VDSL (jusqu’à 70/80Mbps)

Notez que le fait qu’une opération de montée en débit ait eu lieu dans le secteur n’entraîne pas automatiquement pour vous le fait d’en bénéficier. En effet, il faut que votre opérateur demande explicitement à ce que votre ligne soit raccordée sur l’armoire de montée en débit, ce n’est pas automatique.

Il est aussi important de se souvenir que ces opérations sont très majoritairement financées par nos impôts au seul et unique bénéfice d’Orange qui améliore son réseau téléphonique historique et continue à nous le louer chaque mois sans pour autant l’entretenir.

La fibre, c’est quoi ?

On parle de « fibre optique ». Ça suppose donc de la lumière. Dans un câble fibre optique, on trouve donc principalement un conducteur de lumière. L’ancien réseau de communication est basé sur du métal (généralement du cuivre) qui conduit de l’électricité, le nouveau sur des tubes d’un alliage relativement proche du verre qui conduit de la lumière.

L’avantage, c’est que la lumière s’essouffle bien moins vite que le courant électrique sur de longues distances. Ça permet de transporter des quantités énormes d’information sur de très longues distances.

Si le câble qui contient la fibre est globalement aussi solide qu’un câble qui contient du cuivre, le problème principal, c’est qu’on ne peut pas utiliser un simple domino et un tournevis pour raccorder deux bouts de fibre ensemble. La partie qui conduit la lumière dans la fibre a un diamètre légèrement inférieur à 10μm, soit 0,01 millimètre. 5 à 10 fois plus fin qu’un cheveux, donc. On est contraint d’utiliser une machine avec des microscopes de précision pour aligner deux brins de fibre l’un en face de l’autre pour les souder ensemble au moyen d’un micro-arc électrique.

Quand tout est bien aligné et raccordé, il suffit de mettre un petit émetteur laser d’un côté et un récepteur de l’autre, et hop, on peut transmettre de l’information. Les distances standard du matériel disponible actuellement sont de 20, 40 et 80km. Attention, on ne met pas les yeux devant les prises : c’est indolore, mais ça brûle la rétine.

La fibre, ça fait des ondes ?

Non. Ou plus exactement, oui, mais elles restent enfermées dans la fibre. En effet, la lumière est une onde au même titre que la radio, elle a simplement une fréquence beaucoup plus élevée qui ne passe absolument pas à travers de la plupart des matériaux (sinon, vous pourriez voir à travers les murs).

Cette onde est un laser qui, s’il peut abîmer vos yeux si vous le regardez en face, est d’une puissance minime globalement proche des petits pointeurs avec lesquels on peut rendre un chat complètement fou à courir après le petit point rouge dans toute la maison.

Comment se passe l’installation de la prise fibre

Le principe est de ramener un nouveau câble (qui contient la fibre) dans votre logement. Traditionnellement, il va prendre le même chemin que le câble de téléphone mais ce n’est pas toujours possible.

Il est vivement conseillé de préparer cette intervention en amont : vous connaissez bien mieux votre maison que la personne qui viendra faire l’installation.

Première étape : déterminer d’ou vient la fibre. Si vous avez une ligne de téléphone aérienne qui vient d’un poteau dans la rue, la fibre arrivera par ce même chemin. Si vous habitez en appartement avec des goulottes dans les couloirs, ce sera par là.

Il faudra généralement faire un trou quelque part (ou en utiliser un déjà existant avec de la place dedans) pour faire rentrer le câble. Un trou de 6 à 8mm de diamètre est généralement suffisant. Un câble de fibre ne s’agrafe pas. S’il faut prévoir de longues distance dans votre logement, il finira probablement fixé à la colle chaude dans un angle de mur ou de plafond.

Sur une ligne de téléphone classique, il est relativement simple de prolonger le circuit : un câble, deux dominos, un tournevis et vous pouvez mettre une prise plus loin. Avec la fibre, une fois l’emplacement de la prise optique défini, c’est définitif. Il est par contre possible, depuis le petit boîtier (aussi nommé ONT) branché sur cette prise, de refaire partir un câble réseau pour installer sa box un peu plus loin.

Une fois que j’ai une prise fibre, il se passe quoi ?

La fibre règle principalement le problème de la distance entre vous et le central télécom qui, jusqu’à présent, pose des problèmes de débits. Mais même si ça se trouve, il est rare d’avoir une prise fibre sur un ordinateur.

De toute façon, l’immense majorité des usages d’internet aujourd’hui se passent sur des appareils mobiles. Il faut donc un routeur (une box, en somme) qui va convertir le signal optique en wifi et en bonne vieilles prises RJ45 qu’on trouve déjà derrière les box actuelles.

Ces routeurs sont encore cher. On trouve plus souvent de simples convertisseurs fibre <=> RJ45 (également nommés ONT) qui permettent ensuite de brancher n’importe quel type de box et donc n’importe quel appareil fonctionnant aujourd’hui avec une box classique (vieil ordinateur, …)

Et pour le téléphone ?

La fibre a vocation à remplacer les lignes téléphoniques classiques et nos bonnes vieilles prises T. Une fois qu’elle est arrivée, sur quoi allez-vous brancher votre téléphone ? Eh bien sur la box.

Et si vous ne voulez QUE le téléphone et pas internet, vous aurez tout de même une box, la même que pour internet, à ceci près que la partie internet sera désactivée.

Notez que SCANI ne propose pas d’offre incluant la téléphonie.

La fibre, c’est plus cher ?

Inévitablement. Puisqu’il s’agit d’établir un nouveau réseau de A à Z, il faut bien le rentabiliser. On trouve aujourd’hui des offres d’appel autour de 20 € par mois les premiers temps, mais le prix moyen hors promotions constaté est plutôt situé entre 40 et 50 €.

L’opérateur qui va exploiter un réseau fibre paie la connexion entre votre maison et le central fibre du secteur entre 5 et 20 € par mois. Il doit ensuite raccorder tout ça à son propre réseau pour « mettre de l’internet dedans ».

Comment faire pour changer d’opérateur fibre ?

On rentre ici dans des choix réglementaires et techniques idiots qui ont été fait il y a une grosse dizaine d’année. La fibre est déployée selon le principe « une maison » = « une fibre ». Impossible (ou très difficile) donc de se faire livrer plusieurs fibres pour pouvoir activer un nouvel opérateur avant de résilier le précédent.

Il faut y penser, car si le nouvel opérateur ne parvient pas à mettre en service mais a tout de même « écrasé » la ligne de l’ancien, vous vous retrouverez sans connexion.

L’avantage, c’est que si tout se passe bien, l’ancien opérateur est tout de suite au courant du fait qu’il a été remplacé et, s’il est un minimum honnête et que vous n’êtes plus engagé, la résiliation suivra d’elle même.

La fibre chez moi, c’est quand ?

L’ensemble des communications publiques indiquent entre 2023 et 2025 pour une France 100% fibre. Les promesses n’engagent que ceux qui y croient, voici l’état des infos dont nous disposons :

  • l’Auxerrois, ou les travaux ont démarré en 2015, devait théoriquement être fibré en totalité pour 2018. C’était en tout cas la date indiquée sur les contrats. En 2021, selon les zones, on est officiellement entre 35% et 90% ;
  • le Migennois, ou les travaux ont débuté début 2019, est entre 0 et 40% selon les zones ;
  • lorsqu’un contrat de déploiement fibre dit « fin des travaux à telle date », on ne parle bien évidemment pas de 100% des locaux de telle zone fibré à cette date là, mais de l’ensemble des travaux qui concernent uniquement la voie publique. Il faut encore rentrer la fibre chez chacun, et ça, ce n’est jamais daté.

On voit donc qu’on n’est encore loin d’être arrivés. Les travaux n’ont été démarrés que pour un petit 30% de l’ensemble des locaux (maison, usines, immeubles, …) de l’Yonne. Les plannings sont entrain d’être affinés pour les 70% restants et ceux qui détiennent ces plannings sont très frileux à l’idée de les publier.

Serais-je obligé de m’abonner à la fibre ?

Si vous voulez conserver une ligne de téléphone ou de l’internet fixe, ce sera obligatoire à un moment ou un autre. Pour l’heure, il n’est simplement plus possible de commander une nouvelle ligne de téléphone « seule ». L’usage d’une box (même sans internet) est obligatoire, ce qui n’est pas sans poser des problèmes à plusieurs endroits ou les box ne fonctionnent pas ou très mal.

Il est certain qu’à un horizon 10 ou 20 ans, la question se posera sérieusement de stopper purement et simplement le réseau cuivre. Les quelques personnes non fibrées n’auront alors plus que la téléphonie mobile comme alternative pour communiquer avec le reste du monde.

J’ai croisé quelqu’un entrain de déployer la fibre, il m’a dit qu’Orange avait une exclusivité de X mois !

C’est archi faux, et c’est même en théorie l’inverse : lorsqu’une zone est raccordable (c’est à dire que les opérateurs peuvent commencer à connecter des maisons au réseau), il y a un gel de 3 mois pour permettre à chaque opérateur de prévenir ses utilisateurs et faire un peu de planification.

Dans la réalité, Orange, lorsqu’il est chargé par les collectivités de déployer et d’entretenir le réseau fibre, va traîner la patte pendant de long mois sur les discussions et travaux préparatoires à l’arrivée d’autres opérateurs. On en veut pour preuve que ça fait bientôt 2 ans que SCANI a signifié son désir d’aller exploiter le réseau déployé par Orange à Migennes (et prochainement Joigny) et que nous n’avons eu les centaines de pages de contrats à signer que le … 5 février 2021.

Dans les zones ou c’est un autre opérateur qui est en charge des travaux, la situation est inversée, c’est généralement Orange qui traîne la patte pour venir exploiter le réseau. Certains mauvais esprits affirment que c’est pour que peu de gens ne s’y abonnent et que les collectivités finissent par conclure que l’opérateur en charge du déploiement est mauvais et qu’il faut le changer au profit … d’Orange. Ce cas de figure a tendance à disparaître, l’état ayant tapé à de multiples reprises sur la table pour contraindre les grands opérateurs à s’entendre et à partager les infrastructures en bonne intelligence.

Et SCANI dans tout ça ? Vous allez arrêter votre activité ?

Si l’activité de notre coopérative a démarré (en 2013) principalement pour traiter les manques de débit, et que la fibre est supposée tous les régler, nous avons d’autres cordes à notre arc.

D’abord, vous l’avez compris plus haut, tout le monde ne sera pas fibré tout de suite, et on reste persuadés que certains ne seront même jamais fibrés, notre réseau radio a donc encore de beaux jours devant lui sur sa mission d’origine.

Mais ensuite, l’immense majorité des fibres qui vont être déployées dans le département le sont sous la forme de « délégations de service public », comprendre par ce terme barbare que ce sont nos impôts qui financent le déploiement de la fibre. Dans ce cadre, l’opérateur désigné pour créer et entretenir cette infrastructure a l’obligation de l’ouvrir à tous les opérateurs, petits comme gros, nationaux comme locaux.

Ça n’a échappé à personne, la crise sanitaire débutée il y a un an a mis en évidence les problèmes que posent les divers niveaux de dépendance. Le numérique n’y fait pas exception … Que seriez-vous devenu sans internet pendant les confinements ? Quid de notre capacité à agir si on n’a aucune maîtrise du réseau qui nous connecte au reste du monde ? Que sait-on de ce que notre opérateur fait des données qu’on envoi et qu’on reçoit sur internet quotidiennement ?

Pour toutes ces raisons, SCANI poursuit son action avec :

  • Le maximum de maîtrise des éléments techniques du réseau
  • L’emploi prioritaire des talents d’habitants du département
  • La formation à tous les métiers liés de près ou de loin au numérique
  • Le soutien et le conseil aux structures privées et publiques locales
  • Une complémentarité entre la fibre, l’ADSL et la radio étudiée au cas par cas

Combien a coûté la fibre à la collectivité ?

La part revenant aux communes et communautés de commune se situe autour des 35 € en moyenne pour chacune des 172000 fibres qui seront théoriquement déployées à terme. En réalité, c’est plus complexe : 57000 lignes sont déployées par Orange pour un coût à la ligne d’une centaine d’euro, et 115000 sont déployées par Altitude Infrastructure pour un coût à la ligne de … 0 !

Cette par là du budget est celles de nos collectivités locales. Le département, la région, l’état et l’europe ont aussi mis des sous sur la table, de sorte que le coût moyen par ligne fibre doit se situer quelque part autour des 1000 €.

Comme expliqué ci-dessus, ce coût ne couvre que la partie située sur la voie publique du réseau. Il faut payer en plus pour le raccordement de chaque logement.

Combien me coûtera la fibre chez SCANI ?

L’objectif de rester dans les 30 € / mois semble difficile à tenir. La coopérative tient à l’absence de durée d’engagement et à l’indépendance financière. Il est donc question de viser plus haut, probablement au chiffre (également symbolique pour ceux qui ont lu le guide du routard galactique) de 42 € / mois.

Combien va coûter le projet fibre à SCANI ?

Cher. Voici nos estimations avec un tarif ramené à chaque logement (la réalité étant évidemment plus complexe : une grosse partie de ces montants sont une charge fixe quel que soit le nombre de bénéficiaires du réseau) :

  • Coût de raccordement du logement : 250 à 400 €
  • Coût du matériel réseau à déployer : 150 €
  • Coût de l’adaptation du réseau : 70 €

Il faut donc compter 470 à 620 € de frais pour raccorder une maison à la fibre. Avec un abonnement réévalué à 42 € par mois, ça veut donc dire que la coopérative commence à renter dans ses investissements au bout de 12 à 18 mois et donc à dégager un peu de marge de manœuvre financière au bout de 2 à 3 ans.

A titre de comparaison, les investissements en matériel sur notre réseau radio actuel sont amortis en 3 à 5 mois et la marge de manœuvre financière arrive au bout de 6 à 10 mois ce qui a permis, ces 8 dernières années, de continuer à déployer le réseau sans jamais avoir à se dire « on va devoir attendre plusieurs semaines pour investir dans une nouvelle cargaison de matériel ».

Il existe de nombreuses manières de réduire l’impact de cette nouvelle charge financière, nous allons probablement les explorer toutes :

  • Desservir des entreprises et collectivités pour un coût mensuel un peu plus élevé en proposant des facilités que des opérateurs nationaux ne proposeront pas sur le réseau FTTH ;
  • Financer tout ou partie de l’investissement par le biais du capital coopératif, éventuellement en proposant un abonnement mensuel plus bas à ceux qui auront plus largement que d’autres financé le déploiement (éventuellement avec un mécanisme de partage permettant également de réduire l’abonnement d’autres membres moins richement dotés) ;
  • Proposer des abonnements très haut débit radio dans les environs immédiats des connexions fibres déjà livrées pour accélérer l’amortissement de l’investissement en créant de nombreuses micro-poches radio ou chaque membre payerait un tarif identique ;
  • Là ou ce serait nécessaire, bâtir la complémentarité fibre/radio nécessaire à l’établissement de connexions tolérantes aux pannes de l’un ou de l’autre ;
  • Développer d’autres usages du réseau que le « simple » accès internet (réseaux de capteurs environnementaux, connexions privées, téléphonie, services en ligne, stockage de fichier, …).

Commentaire (1)

  • Verrons| 3 avril 2021

    Voilà un beau projet ! Du pain sur la planche pour encore de nombreuses années

  • Répondre

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.