Financement du wifi public à Joigny

La semaine dernière, le conseil municipal de Joigny a voté à l’unanimité (!) le projet de déploiement de wifi public à Joigny. C’est SCANI qui se chargera du déploiement, de l’exploitation et de la maintenance du réseau.

Comme nous sommes une coopérative, une partie du travail sera assuré directement par des agents communaux, bien entendu avec l’aide du reste des membres actifs de SCANI, le tout dans le triple objectif de ne pas dépenser trop, que ça fonctionne bien et que tout ça soit terminé dans un temps assez court.

Le but de l’opération

Il s’agit de permettre l’accès à internet au public en wifi gratuit aux endroits suivants :

  • le camping
  • le secteur du marché et de l’office de tourisme
  • l’avenue Gambetta
  • le parking de la gare
  • la rue Cortel
  • Le parc du Chapeau
  • La baignade
  • Le quartier du cinéma, du pôle formation et du pôle social

Bien entendu, cette première liste pourra être complétée par la suite.

Ces nouveaux points viennent s’ajouter aux points déjà présents et financés par SCANI ou ses membres :

  • au PMU face au marché
  • en haut de la rue Cortel à l’Arbre de Jessé
  • au bâtiment Adrien Durand dans l’ancien Groupe Géographique
  • place de la république à La Station

Comment ça marche ?

Il s’agit d’installer des bornes SCANiFi (plus d’explication par ici) dans les endroits stratégiques permettant une couverture extérieure maximale. Chaque borne peut supporter 30 à 50 utilisateurs simultanés et couvre un rayon d’environ 200 mètres.

Bien entendu, dans les endroits ou on peut s’attendre à une forte fréquentation, il faut mettre plus de bornes (au camping, par exemple, ou les utilisateurs ne bougent généralement pas beaucoup et peuvent, en saison, être nombreux).

Chaque borne est ensuite reliée au reste du réseau de la coopérative au moyen de relais radio et pourront, au gré des évolutions de la situation, bénéficier de connexion directement en fibre optique.

Il est prévu d’installer plus d’une trentaine de bornes sur l’ensemble des endroits cités ci-dessus.

C’est vraiment gratuit ?

Oui : l’utilisateur final ne paie rien.

Certains pourraient être tentés d’utiliser ce réseau comme connexion internet à domicile. Rien ne les en empêchera, mais les bénévoles de SCANI veillent au grain et toute utilisation abusive finira immanquablement par se retrouver limitée dans le débit que l’appareil en question.

C’est la seule façon d’assurer un confort d’utilisation pour tous sans demander une inscription préalable des appareils utilisant le réseau.

Par ailleurs, SCANI est très attaché à ne pas créer de fichier nominatif.

Qui paie quoi et comment ?

Le coût de l’opération est divisé en deux parties :

  • La mise en place de l’ensemble du projet, estimée à 6300 € HT, comprenant une partie achat du matériel nécessaire (des antennes principalement, pour 4000 €), et une partie rémunération de l’antenniste qui viendra faire le boulot (pour 2300 €). Le budget de cette seconde partie a été fortement réduit dans la mesure ou la mairie de Joigny met à la disposition de SCANI sa nacelle, permettant d’intervenir beaucoup plus rapidement pour la mise en service.
  • Le fonctionnement à long terme qui, lui, sera facturé par SCANI à hauteur de 275 € HT par mois.

Le principe de SCANI est de financer les investissements par le capital social de la coopérative. Dans la mesure ou les antennes installées rapportent de l’argent tous les mois (assez pour faire fonctionner le réseau et acheter un peu de matériel de remplacement en cas de casse). Deux options ont donc été proposées à la commune :

  • Régler cette somme comme une dépense classique au moyen d’une facture émise par SCANI.
  • Éffectuer un versement équivalent au capital de la coopérative qui, elle, fera les dépenses nécessaires.

C’est cette seconde solution qui a été retenue et votée la semaine dernière.

De cette façon, l’argent public en question, servant à l’investissement, n’est pas « perdu » pour la commune. Il est simplement placé à moyen terme dans SCANI.

L’équilibre financier de l’opération est estimé à 3 ou 4 ans. Après cette durée, la commune sera donc libre :

  • soit de demander la récupération de cette somme
  • soit d’indiquer à SCANI qu’elle souhaite qu’elle soit investie dans un autre projet de la coopérative

Certains trouveront peut être que c’est une mécanique bien complexe pour une petite somme, mais il s’agit en réalité plus d’un symbole que d’une opération d’économie : la commune investi dans le réseau de la coopérative et peut, à terme, récupérer l’investissement … contrairement à quasiment tous les autres « investissements » qui sont fait dans le numérique et dont la collectivité ne revoit quasiment jamais la couleur.

C’est le mode de fonctionnement que nous souhaitons proposer à tous (communes, particuliers ou entreprises) qui voudraient que SCANI déploie des infrastructures plus lourdes que de simples connexions isolées. Le même schéma peut être reproduit pour installer de la fibre.

Qui fait quoi ?

Société coopérative dit coopération. SCANI n’offre pas de « services clés en main » autre que la simple connexion internet dont les membres bénéficient. Pour tout le reste, la coopérative est une sorte de boite à outils pour ses membres. Chacun est libre de venir y puiser ce dont il a besoin et paie, bien entendu, le prix juste pour ça.

Dans le cas présent, la mairie de Joigny est venu présenter le projet à SCANI, en demandant d’être accompagnée et conseillée sur les meilleurs emplacements et les méthodes à mettre en œuvre.

Une demi journée de visite de terrain a été organisée et chacun est reparti avec sa liste de choses à faire. La mairie est allée contrôler les lignes de vue radio aux endroits ou un doute était présent, SCANI a étudié le meilleur matériel à déployer à chaque endroit, etc.

Un point plus aisé à déployer que les autres a été anticipé au parc du Chapeau, permettant de désenclaver un membre de SCANI habitant le quartier et de déployer une connexion pour le club de pétanque.

A partir du 22 mai, les déploiements vont démarrer par le camping (rouvert il y a peu) et le rond point de la résistance qui servira de nœud principal pour l’avenue Gambetta et le bas de la rue Cortel. La mairie sera bien entendue mobilisée et des bénévoles de SCANI œuvreront sur le terrain pour aider en fonction de leurs disponibilités.

Sans cette coopération et cette répartition du travail, le budget de ce genre de solution dépasse 30.000 € pour la mise en service et 1000 € de fonctionnement mensuel.

Et après ?

Le réseau ainsi déployé offre de nombreuses autres possibilités :

  • Connecter de nouveaux membres de SCANI
  • Étendre le réseau privé de la commune pour permettre aux agents d’être connectés à leurs outils numériques lorsqu’ils sont sur le terrain
  • Déployer des installations interactives connectées à coût quasi nul

Vous voulez voir comment ça se passe, poser des questions ou apprendre ? Cherchez la nacelle communale et venez à notre rencontre ! Le planning des interventions de SCANI est par ici.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *